“On a quasiment 70% des gens qui sont opposés à ce lotissement.”

Construire encore sur les terres nourricières ?

Le 6 novembre dernier, un forum populaire réunissait plusieurs dizaines de personnes sur la place de Prades, à l’appel du collectif « Els Brulls – Terres Agricoles » et l’association « La Terre, c’est nos oignons ». Au centre des discussions : un projet de lotissement de 24 maisons sur des terres agricoles à la sortie de Codalet. Des voix se sont élevées pour dénoncer l’artificialisation des sols, mais aussi interroger la façon dont on pourrait se loger autrement sur le territoire. Après le débat citoyen, les participant·es ont défilé en musique de Prades à Codalet et ont terminé leur action par un grand pique-nique sur le terrain menacé.

“Ce projet a été monté sans demander l’avis des habitants. On a quasiment 70% des gens qui sont opposés à ce lotissement. C’est des gens qui tiennent aux terres agricoles, qui tiennent à leur paysage, qui tiennent à leur patrimoine.”

“La solution, c’est d’aménager les centres-villes. Le centre-ville de Prades est à moitié vide. Au niveau des commerces, c’est pareil. On arrêtera de vouloir artificialiser à partir du moment où on va construire à l’intérieur des centres-villes. Il faut essayer de convaincre, de faire évoluer les mentalités.”

“Il faut que nous repensions nous-mêmes notre façon d’habiter. Si on ne fait pas notre tri nous-mêmes, on n’aura pas la force de bouger nos mairies pour leur dire qu’il y a d’autres solutions que l’urbanisation galopante.”

Enregistrement E.N. le 6 novembre 2021. Montage E.N. décembre 2021.

En bonus : ambiance dans le défilé entre Prades et Codalet. Enregistrement G.S. le 6 novembre 2021. Montage E.N. décembre 2021.


Photos : H.B.

« »

© 2022 Résonances, un projet de Beau bruit. Thème conçu par Anders Norén.