Mot-clef: solidarité
Louis, 7 ans : “Il y a Héloïse qui est née, du coup, ça nous a un peu changé les idées !” Céline, sa maman : “Il manque la case 'accouchement avec homme sans permis' sur leurs papiers.”

Allô Louis et Céline, comment ça va avec le confinement ?

Pour Louis, 7 ans, il s’est passé quelque chose de particulièrement important pendant le confinement : sa petite sœur est née ! Il nous raconte son confinement à lui, et sa maman nous explique comment le confinement a rendu compliquée et absurde l’organisation de son accouchement.

“J'ai beaucoup de personnes qui pleurent, qui en ont marre...”

Allô Cathy, comment ça va avec le confinement ?

Au téléphone avec Cathy, assistante de vie dans le Conflent. Cathy s’estime bien protégée et dans de bonnes conditions de travail, mais du côté des personnes qu’elle visite, le moral n’est pas au beau fixe.

“Pour lutter contre les virus, c'est quand même mieux d'être au grand air que d'être confiné dans les supermarchés !”

Allô Geneviève, comment ça va avec le confinement ?

Geneviève, agricultrice, est confinée dehors ! Comme tous les printemps, la période est pour elle à l’hyperactivité. Pourtant il a aussi fallu prendre du temps pour relancer les marchés de Prades, fortement limités par la crise du covid 19. À écouter : des détails sur ce point et maintes réflexions sur d’autres questions de « bon sens » que soulèvent le confinement. Et OYEZ OYEZ samedi et mardi, il y a marché !

“J'espère que les gens vont comprendre un petit peu ce que c'est que la solidarité.”

Allô Valentine, comment ça va avec le confinement ?

Valentine est infirmière à la retraite et habite Vinça. Pour cette bénévole hyper-active, la solidarité doit primer avant tout le reste. Au moment où nous l’appelons, elle s’apprête à une action surprise devant la maison de retraite !

“J'ai l'impression d'être un peu coupée du monde.”

Allô Donia, comment ça va avec le confinement ?

Nous avons joint par téléphone Donia, hébergée avec son petit garçon par l’association Sésame à Prades. Pour cette jeune maman, il est surtout difficile d’être coupée de sa famille et d’assurer seule l’école à la maison.

Le grand je-u à écouter, pour faire plein de rencontres étonnantes et belles !

Le grand je-u, une expérimentation culturelle menée de janvier à septembre 2019 dans tout le Conflent, auprès de 5 groupes très différents… aujourd’hui à écouter sur notre site internet !

La mine, à quel prix ? – Réécoutez le plateau radio

Samedi 11 mai 2019, de 17h30 à 19h, Résonances émettait en direct depuis l’Atelier de l’Entonnoir de Prades, dans le cadre de l’événement « La mine, à quel prix ? »

“ Quand même, ça va les changer si ils restent vivre ici. ”

Je t’aime Thérèse

Christophe emmène Ali et Amid déjeuner chez Thérèse. Le temps d’une invitation, on discute, on chante, et on s’apprivoise.

Solidarité avec SOS Méditerranée – Après le direct, réécoutez le plateau et trouvez tous les contacts !

Dans le cadre des 2 jours solidaires avec SOS Méditerranée, retrouvez ce que vous avez peut-être raté samedi ; ). Bonne ré-écoute !

“ Oh là là... tu te souviens ? ”

D’agriculture et de liberté : l’AMAM

Hélène et Gérard ont réuni quelques ancien.n.es de l’AMAM. Elles et ils font ensemble le récit ému et joyeux d’une époque d’effervescence pour les néos-ruraux
En partenariat avec la revue Fruits oubliés.

“ Ah... le plaisir de le voir arriver ! ”

Jeannot Planas, celui qui a accueilli les néos

Dans les années 70 et 80, poussé.e.s par les courants libertaires de 68, elles et ils sont arrivée.e.s de partout et d’ailleurs, avec l’idée de s’installer dans le Conflent soumis à l’exode rural… Jeannot leur a tendu la main.
En partenariat avec la revue « Fruits oubliés ».

“ Avec l'agriculture, il y a une notion de lendemain. ”

À Prades, les Jardins de l’Amitié construisent l’avenir

Sur les hauts de Prades, trois hectares sont dédiés à une agriculture intelligente : non seulement écolo, mais aussi, collaborative et solidaire.
En partenariat avec la revue « Fruits oubliés ».

© 2020 Résonances, un projet de Beau bruit. Thème conçu par Anders Norén.