Categorie: Récit de vie
“ Massoud, Bilal, Djellil... ”

Autoportraits à Vernet-les-Bains

Ils sont jeunes et pleins d’envie, mais en attente de droits au CAO de Vernet-les-Bains. On est allé les rencontrer.

“ Y avait plus que toi, comme berger à Conat dans les années 80 ! ”

Le « dernier berger » de Conat

Connu par beaucoup comme « le dernier berger de Conat », Jacques n’a pas été seulement berger. Mais il est d’une famille d’éleveurs et connait encore de le nom des autres familles d’éleveurs, ainsi que chaque bergerie. En présence de sa compagne, il raconte à Nathanaël.

“ Ils étaient là haut et j'étais là aussi, donc j'aidais un peu." ”

Les feixes, des pierres pour retenir la terre (version courte)

Quand les ancien.n.e.s ne sont plus là pour raconter on trouve parfois, par chance, des jeunes qui les ont côtoyé, et qui ont pris la relève, même pour ce dur labeur de la pierre… Matthias raconte à Elisa son parcours vers la pierre.

“ Mais il n'y a pas resté personne village à moi. Tout le monde est parti. ”

K. 20 ans, d’Afghanistan

Iran, Turquie, Bulgarie, Serbie, Roumanie, Italie, France… Un long trajet plein de dangers et enfin, le répit d’un refuge en France.

“ C'est désolant. ”

A. 26 ans, de Guinée-Conakry

Parfois la violence frappe au milieu d’une vie calme. Il avait un travail, une vie de famille, une activité politique dans l’opposition. Il a dû tout quitter pour sauver sa vie.

“ On ne fait pas partie de l'humanité, ça il faut le dire ! ”

A. 26 ans, du Sénégal

Le récit de A. est très riche d’enseignements sur l’Afrique et sur nous-même. Il est aussi désespéré.

Attention, récit très dur.

“ En Libye, c'est là que j'ai eu de la chance. ”

D. 19 ans, de Guinée-Conakry

D. a parcouru une partie de l’Afrique puis une partie de l’Europe. Maintenant il doit se construire une vie, ici, tout seul.

Solidarité avec SOS Méditerranée – écoutez la webradio

Samedi 7 juillet 2018, de 16h30 à 19h30, Résonances émet en direct depuis l’Atelier de l’Entonnoir à Prades, dans le cadre des Journées de solidarité avec l’ONG SOS Méditerranée. Cliquez sur le titre pour faire apparaître le lecteur.

“ Pour moi c'était huit mois de Nirvana. On m'aurait dit de signer pour deux mois de plus, je l'aurais fait ! ”

Moi, ma fille, ma mère, mon homme… et l’hôpital

Cet.t.e enfant, ils en parlaient depuis longtemps. Mais une naissance, c’est souvent plein d’inattendus : du papa fusionnel à la grand-mère absente, en passant par le rude virage de l’hôpital.

“ Je me suis dis : tu es à l'hôpital, il va falloir prendre sur toi mais il faut pas non plus tout accepter. ”

Naissances à l’hôpital, les tourments d’une maman face à la médicalisation

Beaucoup de naissances se passent à l’hôpital. Parfois, c’est par défaut. Certaines femmes souhaiteraient être accompagnées dans leur choix d’un accouchement intime et naturel. Ce récit nous le décrit.

“ Comme si le monde entier savait que notre enfant était arrivé. Comme si c'était un petit Jésus, quoi ! ”

Deux naissances et quelques signes de la nature

Elle n’était pas prête, mais ses enfants oui, pressé.e.s d’arriver dans un monde qui semblait les attendre.

“ C'est assez intime tout ça ! ”

Ma fille, le plus beau nombril du monde

Un accouchement naturel, c’est vraiment possible aujourd’hui ? Oui, c’est possible ! Écoutez ce récit, sauvage et beau.

© 2018 Résonances, un projet de Beau bruit. Thème conçu par Anders Norén.